Sur le fil

Publié le par Céline à 21h13

Y avait ce gosse l'autre soir à la télé. Emission de merde je le confesse, un concours de gamins soit-disant talentueux, avec Dechavanne en MC, ça partait plus que mal. Mais pour une fois, ce n'est pas lui qui m'a hérissé. C'est ce con de gosse et son con de sourire.

Célien, 12 ans, est fildeferiste. Un petit bug au démarrage, son violon est cassé, il doit donc commencer son show, et on lui rapportera pour son final. Le môme commence sa petit affaire comme il se doit, sans faux-pas, avec le sourire de circonstance. Mais quand on lui ramène son instrument, il descend en grimaçant de douleur « C'est mon claquage, ça a reclaqué ! ». Il approche d'un Dechavanne, tout con devant la douleur du gosse, et avec le violon dans les mains. Encore encombré par sa compassion il comprend trop tard que le gosse est déjà remonté sur son perchoir « Hé non, tu remontes pas, laisse tomber le violon, t'as réussi, descends ! » Mais le gosse, d'autorité, récupère son violon et retourne jouer, sautiller sur sa douleur. Et redescend comme il peut, visiblement bouffé de souffrance, évacué vite fait en coulisses.

Ah c'est beau, quel courage, quelle niaque, the show must go on, et bla bla bla, évidemment.

Puis le gosse revient pour le verdict, porté sur une chaise. Mais la chaise est à peine posée que le gosse est déjà debout, avec son sourire, chapelet de sanglots. Non non, maintenant t'arrêtes ça, tu te mets assis ! "Non je reste debout". Mais quel con de gosse. Il gagne assez de voix pour revenir en demi-finale, et cette fois il ne veut même plus qu'on le porte. Trop fastoche, je suis pas une fillette, je peux marcher, vous voulez que je fasse la roue ? Je la ferai.

Mais merde, il risquait quoi ce gosse en s'avouant en difficulté ? Une raclée de ses parents, ou, pire, l'estime de lui basée uniquement sur l'intransigeance des performances, l'image toujours, toujours dorée à renvoyer ?

Qu'on soit d'accord j'ai rien contre ce con de gosse, c'est juste son con de sourire qui m'en rappelle d'autres, un peu jaunes, un peu forcés, qui ne sont même plus un choix mais une habitude. Alors bien garder la vidéo au chaud, et se la repasser cycliquement.




Y avait ce con de gosse, et dans la semaine j'apprends qu'une conne de skieuse nous a refait quasi exactement le même sketch aux JO ! Une chute, elle insiste pour concourir quand même fini sa course puis s'effondre. Se fait intuber en urgence et... insiste pour monter sur le podium, avant d'être évacuée en hélico pour affaissement de poumon !

Mais c'est quoi cet esprit de jusqu'auboutiste inconscient ?


Si on apprenait plutôt aux mômes qu'ils ont le droit de faillir ?

Arrêtons voir 2 secondes de sautiller sur nos douleurs avec ce con de sourire, et osons nous poser, ça aussi c'est une sacrée force non ?...

 

 

 

(En plus il a même pas gagné le gosse)

Partager cet article

Commenter cet article

papa de célien 05/05/2010 11:34



bonjour,


merci pour votre réponse "apaisée". Juste un petit mot pour rassurer vos lectrices. En aucun cas nous mettons la pression sur Célien. Au contraire nous essayons de le freiner car nous savons que
le monde du spectacle est sans pitié (sa maman est violoniste).     Entre les enfants présents lors de l'émission, pas de rivalités, pas de pression de la part des parents,
simplement une franche camaraderie, excepté pour le contorsionniste russe.


cordialement     le papa de Célien (Daniel)


 



Céline 15/05/2010 09:57



Bonjour Daniel,


Je vous souhaite donc sincèrement plein de courage, de raison et d'épanouissement à vous 3 :-)



petit prince du fil 30/04/2010 22:07



vous pouvez voir son con de sourire sur you tube  à  petit prince du fil  et petit prince du fil 2009.   le papa de Célien   Sans rancune.



Céline 30/04/2010 22:29



Bonsoir Papa de Célien :-)


 


Non, y a vraiment pas de rancune à avoir. Votre gosse m'a touchée, probablement pas de la façon voulue, mais c'est déjà ça de pris non ? Je crois que cet article a été interprêté différemment par
chacun, je n'ai probablement pas eu le talent de bien décrire ce je ressentais, je crois que j'y ai mis trop de distance, par pudeur probablement.


Probablement parce que cet article parlait surtout de moi. Et l'expression "con de gosse" ou "con de sourire" faisait surtout écho à moi-même.


Bref, le goût dans ma bouche après le passage de Célien, c'était une tristesse-tendresse-amère, pour ce que votre gosse s'impose, consciemment ou non, et plus généralement pour la société qui
valorise tellement la force et la résistance, en tirant la chasse sur des faiblesses, pourtant sources de superbes créativités...


Je souhaite sincèrement à Célien de carburer encore longtemps à la passion, la plus belle des énergies. Mais je lui souhaite aussi sincèrement d'échouer, de temps en temps, et de savoir
simplement voir ça positivement.


Bonne continuation à vous !



hervé 25/03/2010 15:05


Bonjour Celine, aprés tout ce temps de silence, j'ai regarder la video, et c'est vrai que cela mais mal à l'aise, et je trouve que Christophe Dechavanne et Jean Luc Lemoine sont bien dans cette
video, et que Christine Bravo nous montre l'etendue de sa connerie (oui je ne l'aime pas). Enfin, bon voila quoi. C'est vrai que je pense qu'il faut blamer plutot les parents.


Céline 12/04/2010 22:56



Waouh, Hervé !!! T'es toujours dans la place toi ?!


Ca me fait drôlement plaisir de te lire en tous cas, tu fais partie des pélerins de la toute première heure... J'espère que tout va bien pour toi ?



Lejojoo 13/03/2010 12:00


Fait comme moi rachéte pas de télé, c'est repossant ;)


Céline 12/04/2010 23:08



Sans doute, mais quand on sait l'utiliser, je trouve qu'elle peut être enrichissante, quand même...



valérie 10/03/2010 20:52


J'aurai pu être ce gosse.  Tout à fait moi quand j'étais petite. A la maison on avait jamais le droit de se plaindre, de pleurer, d'"être faible" . C'était comme un endoctrinement ... J'ai
d'ailleurs failli mourir d'une occlusion intestinale car j'ai fait la forte presque jusqu'au bout ... presque parce qu'en fait je me suis rendu compte que j'allais vraiment crever et j'ai fini par
demander à mon père de m'emmener à l'hosto parce "j'allais mourir". J'avais dix ans! Quand j'y repense pfff


Céline 11/04/2010 16:09



Ow... Il est glaçant ce commentaire... Tout comme ce gosse était glaçant.


Je suis sûre que c'est le genre de chose qui peut effectivement arriver à ce gosse.


J'espère en tous cas que depuis, tu as appris à être plus faillible...