Voilà, c'est fini...

Publié le par Céline à 23h15

Gloups, cette fois c'est la bonne. Ce matin, j'avais mon dernier DERNIER oral...
Je sais pas si je réalise vraiment. En tous cas ça me rend toute bizarre. Nostalgique.

Ca fait quand même 9 ans que je traîne là bas... :-)

3 ans de psycho, jusqu'à la licence. Rien à redire, le pied. Rencontre dès les premiers mois du petit cercle d'amis qui tient encore bien fort aujourd'hui. Celui qui part en vacances, se serre les coudes quand il y a besoin, vieillit ensemble, même si beaucoup plus loin maintenant...
L'époque où je reprends contact avec la vie, après quelques années entre parenthèses. Tant de choses basiques à réapprendre.
Ensuite maîtrise. Je décide de la faire en 2 ans, parce que c'est une année lourde. Surtout que je prends mon indépendance cette année là, alors il faut bien que je me laisse du temps. ;-) Au bout de 2 ans, j'ai à peine validé la moitié, parce que je fais du sur place, à me demander ce que je fous là. Alors je me réinscris pour la 3ème fois, mais j'opte finalement pour l'arrêt, définitivement, je ne serai pas psy, c'est pas moi. C'est qui moi ? Je vais essayer de trouver une réponse à cette question...

Je quitte donc la fac une première fois. :-)
Bien sûr, je croyais que c'était pour de bon. Soulagée de mon choix, mais pas tranquille pour la suite. Je m'impreigne une dernière fois de ces lieux hantés par autant de bons moments... Je suis triste de partir, ça me manquera. Gorge serrée. En plus il pleut.

L'année sabbatique, c'est pas le pied. Sympathique au début, bien sûr, cette liberté. Mais rapidement, je tourne en rond. Je n'existe plus socialement, je n'ai plus de statut, c'est dur pour le moral. Alors en fin de course, je repars pour la fac. Pas vraiment au pif, mais un peu quand même, je m'inscris en culture-com, la soit-disant section de branleurs, qui s'avère en fait une des plus dures ! :-)
Coup de bol, ça me plaît, beaucoup même ! Ca colle assez bien avec ma toute neuve passion pour l'écriture. Je me repaîs de savoir, juste pour le plaisir. Quelques rencontres aussi, un petit choc à l'arrivée, ils sont si jeunes ! ^^ Finalement, je m'en accomode assez bien, et certaines rôdent encore tous les jeudi soirs chez moi, même si nos cours sont maintenant différents.
Et puis il y a un an seulement, je pose les yeux sur mon binôme. Ah oui, tu existais, si près ? La fac à deux, c'est tellement mieux ! Je ne la vis plus en "je" mais en "on", ça n'a rien à voir.
Cette dernière année a été à la fois la meilleure et la pire de toutes. :-)
Alors je la quitte avec joie et regrets. Regrets de laisser mon binôme continuer tout seul. En bonne mère poule, je suis certaine que je vais culpabiliser l'an prochain "Ah, si j'avais continué avec lui, je lui aurais rappelé de rendre ce truc à temps !". Je me rongerai les sangs, on ne se refait pas. ^^

Ce matin, c'est lui qui était plus ému que moi à la fin de mon oral. Moi je me contentais d'afficher un sourire béat et satisfait. Un peu à côté de la plaque, mais sereine. J'ai à nouveau pris le temps de savourer ces derniers instants sur le campus, vite vite, derniers clichés à jamais. Je connais ces images par coeur, bien sûr, mais bon... :-)
Cette fois, j'ai le sourire aux lèvres, et le soleil donne.

Je ne réalisais pas entièrement pourtant. Il fallait cet article pour enfoncer le clou ! Cette fois c'est bon, j'ai intégré, j'en aurais presque envie de chialer ! (C'est normal, c'est ma routine ces jours-ci, mais pour d'autres raisons) (je vous en parlerai, peut-être, plus tard)

Je voyais ce moment comme un jour clé, vraiment, j'allais passer dans une autre vie, faire des trucs symboliques pour marquer le coup. Je comptais m'y impliquer à fond, vraiment.
Ce "nouveau départ" tombe plutôt mal. D'autres secteurs de ma vie réclament mon attention (non, pas ma santé, arrêtez voir de vous inquiéter pour ma santé, c'est tellement secondaire ! :-)), et je ne sais plus où j'ai bien pu foutre les bases de ma vie. C'est pas super pour construire, des sables mouvants.

Ah ça, c'est une période "clé" ouais...

Mais bon avant tout, c'est les vacances.

Alors on respire. On se fait du bien.

On profite, on se bourre la gueule.

Et tout ira mieux ^^


Le gros chapitre fac se tourne, au suivant !...



Publié dans celinextenso

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Ah ouais je l'ai bien aimé malgré tout cte fac ! J'y ai rencontré beaucoup de gens dont toi ! Mais si tu veux on se fera des pelerinages et puis on ira chercher le gosse à l'école !!!Allez bisous et pleure tu pisseras moins tiens !
Répondre
C
Oh oui, je lui porterai son cartable ! ^^
C
Grands dieux, ne me dis pas que tu es une aussi grande sentimentale que moi : je déteste tellement me séparer des gens, des lieux ou des choses que je serais capable de verser une larme en jetant une cartouche de stylo ou en quittant un ascenseur !Les solutions envisageables :- déménager à Cholet (à cause des mouchoirs), - épouser M. Kleenex et se faire offrir des stock-options en cadeau de mariage- emporter du maquillage waterproof en vacances parce qu'un regard humide, c'est super sexy mais les dégoulinades de mascara c'est pas top !Bises
Répondre
C
Ah nan nan, moi je te soutiendrai pas là dessus, je suis du genre coeur de pierre, à verser une larme tous les 2 ans, et encore je me force, je me dis que ça rincera le canal lacrymal ^^Sinon, je suis pas non plus du genre à mettre du mascara waterproof... Parce que ça fait un sacré bail que j'ai oublié de me maquiller tout simplement... :-)Alors j'opterai pour la solution "remonter la pente" que tu me propose bien aimablement ! ^^
M
Toujours émouvant ce genre d'adieu...
Répondre
C
Bah non tu vas pas pleurer toi aussi hein, on se connait meme pas ^^
P
Mais moi je veux pas qu'il y ait des nuages au dessus de ta tête!<br /> Un peu de repos, un peu de soleil - c'est con, mais c'est bon pour le moral - un peu d'auto-dérision (et surtout d'altrui-dérision, c'est ce qui marche le mieux, ne t'en prive pas)... et bientôt un boulot où tu puisses t'éclater... Voilà qui aide à recoller  les bouts d'âme en miettes.<br /> Bisous <br /> (très classe, les Converse)
Répondre
C
Après la pluie le beau temps, bien sûr. Mais de fois il est temps de s'y coller, et comprendre pourquoi le temps se détraque, réchauffement de la planète cerveau ou autre, et prendre des mesures ! :-)Moins facile mais plus efficace...Effectivement, le soleil ne fera pas tout,  mais c'est un bon début ;-)
S
Bonjour Céline,Même état d'esprit quand j'ai quitté la fac aussi. Pourtant, je n'avais "rien" accompli, partie en cours d'année pour cause de trop de galères à gérer...J'ai trouvé du boulot environ six mois après, ce qui m'a bien libérée.La fac, je n'ai rien connu d'aussi frustrant en terme d'apprentissage... Je trouvais les profs vraiment peu investis d'une manière générale, ce qui n'arrangeait pas mon propre investissement.Enfin bref, humainement la fac a été extrêmement enrichissante, j'y ai rencontré des personnes géniales avec qui j'ai lié des amitiés très fortes...Mais la fac, pour moi, plus jamais...Les études qu'elle propose ? Vive le Sued... l'enseignement à distance, rien de tel...Bisous, et profite des vacances.
Répondre
C
Ah moi j'ai pas trouvé ça frustrant du tout... C'est pas pour rien que j'y suis restée autant ! :-DMerci, bises