Avent jour 18 : Le seau de Noël

Publié le par Céline à 23h05

Aujourd'hui, je dois avouer que playmobil s'est surpassé en m'offrant un super chouette traîneau !!! (J'attends le renne au mieux, le chien au pire, dès demain) Mais pour l'instant ce thème m'inspire moins que ce seau qui l'accompagnait.

avent-088.jpg

Isa va encore dire que je suis nostalgique en ce moment, mais bon c'est juste la période qui veut ça !

Revenons en 1990, me voilà en CM1. M'sieur Capis, l'instit est plutôt sympa. Assez dur avec les plus récalcitrants, cool avec "ses têtes". Moi "forcément" je suis du bon côté de la barrière. Il dirige la chorale de l'école, l'année précédente il nous avait fait bouffer moult chants révolutionnaires, on avait l'air fins avec nos cocardes. Le matin de mes 10 ans, mon arrivée s'était faite en fanfare ou plutôt en chanson. Etant la première de l'année à avoir 10 ans, il avait composé une mini chanson sur l'EVENEMENT, rendez-vous compte, je passais à un âge à DEUX chiffres ! J'en garde surtout le souvenir d'un matin pressé, en retard, mal réveillée, où j'aurais plutôt voulu démarrer ma journée dans une semi-obscurité ouatée... :-)
Il nous donnait aussi mille surnoms. Enfin je ne crois pas que j'en avais, mais il faisait de spleeendides jeux de mots sur nos noms ou prénoms. Amélie / mélimélo, Doré / Doré sur tranche, Ortelli / Tortellini... Et autres merveilles dont il se gargarisait. On aurait pu lui souffler Célinextenso, tant pis pour lui.

Il ne ressemblait pas vraiment à un tyran pour nous, m'sieur Capis même si pour François et Michel la vie était un peu moins rose. Le premier devait fréquemment "retirer ses lunettes" pour recevoir la sentence, le deuxième avait souvent les oreilles légèrement violacées.

Le petit Noël (non je vous promets c'est son prénom, pas un effet littéraire de circonstance ^^), bref le petit Noël c'était un gamin discret, pas dans le peloton de tête, mais pas rebelle pour deux sous, qui n'a donc pas dû retirer ses lunettes bien souvent, d'ailleurs ça tombe bien parce je crois qu'il n'en avait pas.
Mais n'empêche, tous les matins y avait comme une tradition dans cette classe.
Tous les matins, quand tout le monde était assis, Noël avait un haut-le-coeur, et allait vomir dans un seau.
Des fois on rigolait peut-être, des fois on s'inquiétait, on s'écoeurait, l'évènement est surtout rapidement devenu fait négligeable, M'sieur Capis, blasé, envoyait Noël laver son seau, et la journée pouvait alors commencer.

Qu'est ce qu'on a fait pour ce petit vomi matinal ? Avec le recul, je me demande. C'est normal d'aller à l'école, à 10 ans, avec les trippes qui remontent ?... C'est normal de faire comme si c'était normal ?...
Qu'est ce qui se passait, dans ces trippes de ptit Noël ?...

Je ne le saurai jamais, si ce n'est qu'on est passés en CM2, et que Noël n'a plus eu besoin de son seau. Je lui souhaite d'avoir des matins sereins aujourd'hui...

Commenter cet article

Kakaille 19/12/2007 18:11

Pauvre noël .. j'ai mal au coeur pour lui ... surtout que pour moi, vomir est un vrai supllice ....

Céline 24/12/2007 13:11

Visiblement l'école était encore pire que le vomi pour lui !...

Valérie 19/12/2007 09:35

Jusqu'à très très tard j'avais le coeur au bord des lèvres chaque fois que je franchissais le portail de l'école, du collège ... Pauvre Noël il devait d'ailleurs avoir droit  à tout un tas de surnoms ou de remarques à cause de son prénom ... :(

Céline 24/12/2007 13:09

Non même pas... J'ai l'impression qu'il faisait tout pour être transparent, et que ça marchait...