Blogothon : mon enfant est malade, c'est triste ?

Publié le par Céline à 19h39

Toi qui connait les frustration que mon petit Thomas vit chaque jour tu peux sans doute m'aider. il a 6 ans et pleins de rêves quand il sera grand il sera pompier, gendarme ou arbitre de rugby!!! La maman pleure dans son coin le soir à l'idée que les rêves de son petit garçon parraissent à ce point innaccessible, en est il conscient à ton avis? bise Marjorie déjà creuvée et les 30 heures sont pas terminées

Marjorie

 

Je sais pas si je peux t'aider, mais je peux t'expliquer comment je vois et vis les choses.

Thomas veut être pompier ? Ok, fais un sondage dans sa classe, combien de ses copains veulent être pompier ou gendarme ? A peu près 100% non ? ("Bonne" nouvelle, Thomas est normal ^^) (au sens premier de "norme" hein) Est-ce que leurs parents s'inquiètent de savoir s'ils le seront réellement ? Et pourtant combien le seront ? Entre ceux qui seront trop petits, trop gros, qui auront le vertige, et surtout, tous ceux qui auront changé d'avis... A mon avis bien peu aboutiront !

Je crois que ce genre de "rêves" à 6 ans ne sont pas fait pour être réalisés, mais servent juste à se construire. Thomas apprend qu'il est un garçon, et tout ce que la société applique à son rôle de futur homme.

Des rêves ça se construit, et ça prend du temps. Dans 5 ans, il y a de grandes chances qu'il ait changé d'avis.Et si ce n'est pas le cas, il réalisera ses rêves. D'ici là il affinera la question. Par exemple pourquoi il veut être gendarme? Pour arrêter les méchants ? Il sera criminologue ! Pourquoi pompier (à part l'uniforme ^^), pour sauver des vies ? Hé bien pourquoi pas chercheur ? :-) Il suffit de ne pas s'arrêter à la première formulation du rêve, mais de voir les vraies motivations, et à ce moment là, je crois que tout est vraiment possible. Mais ça c'est pour plus tard hein, pour le moment si il te demande s'il sera gendarme, ne lui dis pas oui ou non, dis-lui "Peut-être, on ne peut pas savoir. Tu crois que tu pourras toi ?" Et je pense que tu verras qu'il n'est pas dupe. :-)

 

Après, bien sûr qu'il sera frustré de ne pas pouvoir faire certaines choses. Parce que nager ou faire du vélo, c'est pas du rêve, c'est du concret. Et il va bien voir qu'il ne peut pas, contrairement à ses copains. Je le sais, je suis passée par là, ces choses m'ont manqué. J'ai peut-être pleuré 2 ou 3 fois (m'en souviens plus ^^), en tous cas râlé "Mais euuuuh c'est pas juste !". Et puis je partais rejoindre mes copines, qui venaient d'avoir leur beau vélo tout neuf. Mais elles s'en foutaient, du beau vélo neuf, si elles ne pouvaient pas s'accrocher à mon fauteuil pour se faire tirer. Idem pour les autres engins à roulettes, skateboards et patins, on a organisé des systèmes de fous pour gagner du temps dans la descente, grâce à la propulsion de mon fauteuil ! Alors finalement, le sentiment d'exclusion, il s'est vite fait la malle !

La leçon de tout ça, c'est juste que des frustrations il en aura. Comme N'IMPORTE quel autre marmot ! :-) Parce qu'un autre n'aura pas les moyens, un autre n'aura pas les mêmes relations. Chaque vie a ses facilités et ses difficultés, c'est plutôt sain d'apprendre le plus tôt possible à accepter l'impossible pour se tourner vers le possible.

 

Tu le dis, Thomas a une super force mentale, et pas mal d'humour. Ca ne fera donc aucun souci.

Quant à toi... C'est peut-être (sûrement) pour toi que ces frustrations auront plus de mal à passer. Si tu peux faire une seule chose pour ton fils, s'il te plaît Marjo, n'aie pas pitié de lui, d'autres le feront bien assez, mais vois le à travers ses capacités, pas dans ses incapacités ! :-)

 

Des capacités il en a déjà plein, mais attends toi à le voir les décupler ! ;-)

Commenter cet article

Fille Aux Craies 13/12/2007 08:36

Wow, chapeau Céline, quel puits de sagesse, je suis fan ^_^

Céline 13/12/2007 12:22

Un autographe, bébé ? ^^

marjorie 09/12/2007 12:41

merci céline, tout ce que tu dis est vrai, la plus part du temps tout ça ne me travaille pas vraiment mais là, il y a eu le téléthon. beaucoup de monde (famille pas tres proche, parents devant l'école) en profite pour me poser toutes leurs questions et là je réfléchit trop et rien ne va plus. demain une fois reposée la vie reprendra son cour tout à fait normalement. merci encore pour ton blogothon. grosse biseMarjo(Thomas veut savoir ce que t'as eu dans le calendrier)

Céline 09/12/2007 19:16

Oui, je crois en effet qu'il ne faut pas trop réfléchir, et prendre la vie comme elle vient !J'ai zappé le calendrier hier (un balai et un coq), mais je vais me rattrapper de ce pas !!! :-)Bisous à Thomas !

Sandrine 09/12/2007 10:42

Bonjour,Juste une petite phrase de Paul hier soir pour montrer que les enfants ont tout compris : "moi, je préfère être handicapé et être en fauteuil que de marcher, comme ça, je me fatigue moins" ... à 4 ans et demi, ça m'a sciée !

Céline 09/12/2007 19:13

Bisou à Paul pour la peine !La petite Julie a aussi répondu à une question "Oh oui, des fois le fauteuil ça nous ennuie, bien sûr mais... (d'un air espiègle) des fois ça nous arrange bien aussi", je la sens bien "profiter" de ce privilège comme il se doit ^^

Isa 09/12/2007 00:29

Double question sérieuse si le blogothon est toujours en route.Comment ton frêre vit ton handicap ?Dans son enfance ou dans sa vie d'adulte.Tes parents ont-ils su *ne pas le rendre jaloux* de toi par l'attention qu'ils te portaient en plus, toujours à cause du handicap ?- pas jaloux du handicap hein, du temps qu'ils passait avec toi -Voilà, bisous et bravo pour l'énergie qu tu as mis pour remplir ta mission blogothon.Tes articles sont comme toujours bien écrit, bien réflechit et tellement humains.A ton image miss'.

Céline 09/12/2007 00:53

Téléthon pas fini, blogothon pas fini ! :-)Mais je vais juste répondre brièvement, parce que je t'avouerai que je fatigue un peu quand même là ^^Mon frère a réagit à mon handicap avec tout le naturel d'un gamin de 4 ans (au moment de mon diagnostic) et +.C'est-à-dire que bien sûr, il a un peu râlé qu'une petite soeur vienne débarquer dans son espace d'enfant unique, et en plus cette faignasse se fait porter par les parents jusqu'à un âge indu ! Alors mes parents ont du le porter, lui aussi, même lorsqu'il était visiblement trop grand pour ça. Le quotidien, mais surtout certaines périodes impliquaient beaucoup plus d'attention pour moi. Je pense que mes parents ont fait très attention à compenser pour qu'il ne se sente pas lésé.Mais pour le frangin, j'étais avant tout une petite soeur, et donc une partenaire de jeu ! Je lui dois tous mes plus beaux souvenirs d'enfance. Il a fait le pitre pour m'amuser, il a pouffé de rire devant mes conneries. Pour mieux jouer avec moi, il fallait souvent adapter les jeux, mais ça n'en stimulait que plus son imagination qui ne demandait que ça. Il s'adaptait volontiers à mon handicap, sans pour autant me "prendre en charge".Mes parents ont fait très attention à ce qu'il ne se sente pas responsable de ça, ni mis de côté. Ils ont tout fait donc pour qu'il ne s'implique plus trop.Alors à l'adolescence (conséquence ou non...) il s'est désimpliqué, s'est renfermé. Aujourd'hui, on s'apprécie toujours autant, mais c'est vrai que la complicité de notre enfance se trouve derrière une petite retenue (et la distance nancy-moscou ^^)Il parle très peu de lui, c'est donc mon analyse de la situation, un jour peut-être il me livrera la sienne ;-)

Ninoche 08/12/2007 23:35

Bonne fin de blogothon Céline, je m'en vais dormir pour être en état de réflexion demain matin (concours blanc lundi :()Merci encore de ta présence et de ce sourire inaltérable que tu nous transmets chaque fois que tu prends la plume ('fin le clavier) !Bisou rien que pour toi, et bizatous les blogothoneurs !Ninoche

Céline 09/12/2007 00:38

Merci Ninoche, pour ta présence aussi :-)Et merde pour le concours blanc ! :-)